Maison_Baylaucq_exposition
Expositions passées

Métamorphoses et secrets

La Maison Baylaucq
Du 19 novembre 2013 au 7 février 2014
Maison Baylaucq

À l'occasion de l'ouverture de cette belle maison restaurée, le Musée national et domaine du château de Pau propose une exposition inaugurale dans les toutes nouvelles salles du rez-de-chaussée. Après un aperçu de l'histoire de la maison, de son implantation dans le domaine royal à sa vente comme bien national puis à sa transmission du XIXe siècle à nos jours, le public est invité à découvrir à travers le regard de l'architecte Lionel Piquard, chargé de la restauration de l'édifice, un choix de photographies illustrant les différentes étapes des travaux. La déambulation s'achève par la présentation d'exemples de trois partenaires parmi tant d'autres qui partagent les préoccupations des équipes du château quant à la conservation du patrimoine, l'enrichissement des connaissances et leur diffusion auprès des publics les plus divers.

Commissaire(s)

Exposition organisée par le Musée national et domaine du château de Pau, Cécile Latour, Secrétaire générale.

Partenaire(s)

Direction des services départementaux de l’Éducation nationale,
Ville de Pau - Mission ville d'art et d'histoire, La Maison des Femmes du Hédas.


Le projet

Le rattachement de la maison Baylaucq au Musée national et domaine du château de Pau s’inscrit dans le cadre du projet scientifique et culturel de l’établissement avec pour objectif de rendre accessibles collections, bâtiments, parcs et jardins. L’achat de cet édifice par l’État devait résoudre quelques-unes des difficultés causées par le déficit en locaux constaté au sein du château. Aussi l'immeuble est-il destiné à accueillir des espaces ouverts aux publics : espaces d’expositions temporaires, des ateliers pédagogiques pour prolonger la visite des collections permanentes et temporaires par la pratique artistique, une résidence d’artiste, un Centre de Recherche sur le Paysage et le Patrimoine, le service territorial de l'architecture et du patrimoine (STAP64), des espaces techniques et de service.

La Maison Baylaucq est une extension active du site, dans sa riche dualité (patrimoine, musée). Sa forte identité et son insertion dans le contexte urbain constituent le « signe » par lequel se manifeste l’ambition d’un partage renforcé des connaissances, des ressources patrimoniales et des émotions.
De la mise en synergie des politiques patrimoniales développées sur le site entre les acteurs du Ministère de la Culture et de la Communication, à une programmation élaborée en concertation avec les acteurs culturels présents sur le territoire, telle est l’ambition culturelle partenariale du château de Pau.
Ce bel espace accueillera donc de façon privilégiée les manifestations organisées avec les partenaires qui partagent les préoccupations des équipes du château de Pau quant à la conservation du patrimoine, l’enrichissement des connaissances et leur diffusion auprès des publics les plus divers.
 

Visiter l’exposition

› En visite libre du 19 novembre 2013 au 7 février 2014, du mardi au vendredi de 14h15 à 17h (sauf 25 décembre et 1er janvier)
› Entrée gratuite.
› Visites commentées et animations sur rendez-vous au 05 59 82 38 02

En savoir plus sur le projet et l’exposition

Quelques dates concernant le projet

› Acquisition de la Maison Baylaucq : le 29/09/1999
› Lancement de la consultation des architectes : novembre 2003

› Choix du groupement d'architectes :  mai 2004
› Groupement d’architectes retenu : RICHTER Hans Philip - PIQUARD Lionel - PICCIN Sylvain – ARGETEC. Programme de rénovation conçu par Hans Philip RICHTER et Lionel PIQUARD et dirigé par ce dernier.

› Permis de construire délivré en février 2008

Les travaux ont débuté en août 2010 et ont été réceptionnés en septembre 2012.

Une vingtaine d'entreprises différentes ont travaillé sur le site. Bureaux d’études, de contrôle, entreprises et artisans sont majoritairement issus du tissu local. Ils ont réalisé un travail tout en finesse, sur mesure, pour répondre aux souhaits de l’architecte. La qualité de leur intervention doit être soulignée.  

Un peu d’histoire…

Le château, la maison

Les alentours du château, ainsi que son parc romantique, sont ceux que la monarchie constitutionnelle, d'une part, la ville de Pau, de l'autre, dès la fin des années 1830, chacune en ses domaines, se sont ingéniées à créer en un temps de pleine expansion du tourisme de villégiature, britannique en particulier. Quelques rares édifices portent en eux le récit de cette mue. Tel est le cas de la maison Hourticq, ou Baylaucq, ou des anciens Bains Henri IV.

Cette ample construction de toutes les nuances de gris, maison davantage que villa, née bien avant que la ville ne s'offre à l'anglomanie, a traversé la Belle Époque sans renier sa pointe d'austérité, et sans rien perdre de son exceptionnelle situation. Nichée dans un repli du domaine national, entre Basse-Plante et parc arboré, toute son histoire est marquée par la présence de ce grand voisin. Aujourd'hui, les deux histoires se confondent, côté maison, côté château. En faisant l'acquisition de cette demeure bourgeoise traditionnelle, en confiant au cabinet d'architecture Richter-Picard le soin d'une rénovation sous le signe résolu de la modernité, en implantant des services, des activités, des animations, un centre de recherches et des expositions sans perdre de vue la thématique essentielle du paysage, le Musée national et domaine du château de Pau se fait aussi maison, s'introduit au cœur du tissu urbain, perce en quelque sorte ses remparts.

photo

De la Maison au Roy à la Maison Baylaucq

Si l’on peut supposer l’existence d’un bâtiment ancien à l’emplacement aujourd’hui occupé par la Maison Baylaucq ce n’est que vers 1740 que celle-ci est attestée sur un plan conservé à la Médiathèque André Labarrère de Pau. Sa légende indique : « Maison au Roy où logent les gardes Bois et des particuliers ». 

Le 26 mai 1791, l’Assemblée Constituante décrète l'inscription du château de Pau avec son parc sur la liste civile du roi de France, comme un hommage rendu par la nation à la Mémoire de Henry IV.
Cependant, le Directoire des Basses-Pyrénées décide de mettre en vente comme biens nationaux cinq lots appartenant au domaine royal dont « une maison jardin et enclos vis à vis la basse plante contenant environ trois arpents occupée par un des gardes actuels ».

La vente a lieu, vraisemblablement au début de l’année 1792, sans que le nom de l'acquéreur soit connu.
À partir du 13 mars 1793, date de l'achat de la maison et de son jardin par Pierre Juston, journalier à Pau, les archives notariales conservées aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques permettent de reconstituer la liste des propriétaires successifs.

Dans les années 1830, avec la vogue du thermalisme, un établissement de bains est installé dans le bâtiment. La construction d'un corps de logis destiné à l'abriter et les dépenses liées à ce projet entraînent la faillite du propriétaire de l'époque, Pierre Herrère. Dans l’incapacité de régler ses débiteurs, il est contraint de se séparer de ses propriétés au cours d’une adjudication judiciaire, le 7 juillet 1839.

Maison_Baylaucq

La maison de la Basse-Plante, déjà appelée « Maison des Bains Henri IV » est adjugée à François Naturel Marchadlier. Ce dernier poursuit les travaux engagés par son prédécesseur :  reconstruite, agrandie, exhaussée de deux étages, la maison prend alors l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui.

En 1852, les époux Marchadlier se séparent. François Naturel abandonne la propriété de la maison à son épouse, Catherine qui continuera de gérer l’établissement de bains.  

Quelques années plus tard, elle accepte l'édification d'une passerelle de bois qui reliera la Basse - Plante au parc du château en passant au-dessus de sa propriété. En contrepartie, un escalier privé lui permettra d’accéder à la passerelle depuis son jardin. Fortement dégradée, elle fut reconstruite en métal en 1883, mais sans l’escalier. Ce n’est qu’à l'issue de dix ans de polémiques avec les services de l’État que Marie-Jeanne Ribettes, héritière de Catherine Marchadlier en obtient le rétablissement.
Par héritages successifs, le bien échoit à Marie Ribettes, épouse Hourticq, puis à sa fille Jeanne, épouse Baylaucq. Les installations de bains sont démantelées en 1927.

Les derniers propriétaires le proposent à l’Etat en 1997. Son achat se concrétisera à la fin de l’année 1999.

Regard(s) d’architecte

Le programme de rénovation de la Maison Baylaucq, conçu par les architectes Hans Philip Richter et Lionel Piquard et dirigé par ce dernier, opère la synthèse entre un parti architectural et urbain et la nécessité d’apporter une réponse fonctionnelle aux besoins exprimés par les futurs utilisateurs.

À la demande du Musée national du château de Pau, Lionel Piquard, également photographe, a réalisé, de novembre 2012 à janvier 2013, une campagne de prises de vue des travaux. Le choix de photographies présentées dans ces salles témoigne des étapes successives du chantier.

Les espaces intérieurs ne reflétaient que très peu l’histoire de cette construction. En effet au fil des années, ceux-ci avaient été recoupés et modifiés pour s’adapter aux différents usages qui leur avaient été assignés.

façade intérieur

Un ensemble de photographies illustre leur déconstruction, puis leur reconstruction. De nouveaux plateaux, solidement arrimés aux façades et soutenus par des poteaux intérieurs assurent la stabilité du bâtiment. Ils se substituent aux quatre étages de la vieille demeure. Une architecture claire et sobre détermine des volumes lumineux, à l’ambiance légère dont la simplicité constitue le gage d’un usage durable.

escalier_Baylaucq

Un second ensemble évoque la matière même du chantier où le travail des artisans façonne les matériaux aux formes étranges, doués d'une vie presque animale tels ces câbles qui s'échappent de leur gaine et envahissent l'espace d'un futur local technique.

Un dernier ensemble détaille la restauration des façades dont les larges ouvertures, en particulier vers l’est et le sud, offraient un potentiel de lumière et de transparences peu exploité. L’ouverture de la façade est vers le château s’opère par la transformation de trois fenêtres du rez-de-chaussée en porche d’entrée auquel on accède depuis la Basse-Plante par une étroite tranchée pratiquée dans son mur d’enceinte.

Les vitrages colorés qui s’insèrent dans les arcatures aveugles des quatre niveaux signalent aux visiteurs la nouvelle identité du bâtiment.

La forte identité de la Maison Baylaucq, ses imposants volumes, son insertion dans le contexte urbain constituent un point fort d’articulation entre le paysage pyrénéen, les quartiers voisins et les flux urbains. Réintégré au domaine national, ce bel espace rénové s’envisage désormais comme l’étape privilégiée de nouveaux parcours muséographiques, urbains et touristiques, lieu d’interprétation et d’expérimentation autour du château, de ses collections et de son parc.

 

 

du mardi au vendredi de 14h15 à 17h (sauf 25 décembre et 1er janvier)

Gratuit

Pour tous
afffiche
Blog
Obtention du label "Jardin remarquable"

Le domaine du château de Pau classé "Jardin remarquable"