Image collection header

Tapisseries

Découvrez une sélection de tapisseries
Retour
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août) Château de Pau
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août) Château de Pau
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)
Tapisserie

Les Chasses de Maximilien-Le cerf au buisson (mois d'août)

La tenture originale des Chasses de Maximilien est aujourd’hui conservée au musée du Louvre. Elle comporte douze pièces, correspondant aux douze mois de l’année et a été tissée en haute lisse et avec des fils précieux à Bruxelles vers 1531-1533, d’après des cartons du peintre flamand Barend Van Orley, assisté de Jean Tons. Cette tenture, très certainement commandée par les Habsbourgs, fut acquise au XVIe siècle par la famille de Guise, d’où son surnom de Belles chasses de Guise. Elle passa ensuite aux mains de Mazarin, puis, à la mort du cardinal, vint enrichir les collections de Louis XIV.

Elle servit alors de modèle pour les ateliers de la Manufacture des Gobelins qui la copièrent à huit reprises. Les deux pièces qui ornent les murs du salon d’attente et les sept pièces de la salle des cent couverts appartiennent respectivement à la première tenture tissée par les Gobelins en 1685-1687 pour le roi Louis XIV et à la septième tissée pour le duc d’Antin, dans les années 1720-1730.

Parfaites illustrations de l’art cynégétique (ou art de la chasse), occupation princière par excellence, ces tapisseries sont également des œuvres novatrices dans leur composition : extrême précision du paysage représenté - la forêt de Soignes dans les environs de Bruxelles -, introduction d’une perspective suggérée par les différences de tailles et de coloris, insertion des personnages dans le décor.

Appartenant à la septième tenture, la pièce Le cerf au buisson, qui constitue le fragment gauche du mois d'août illustre à merveille la virtuosité des lissiers. Ils ont su rendre perceptible la frayeur du cerf cherchant à échapper à ses poursuivants (Les limiers, fragment droit du mois d'août), en se cachant derrière un buisson de digitales et de ronces aux fruits murs, alors qu'à l'arrière-plan d'autres cervidés sont prêts à succomber sous les assauts des chiens.

Autres collections

chateau_pau_buste_HenriIV_sculpture

Sculptures

chateau_pau_HenriIV_sur_son_cheval_peinture

Peintures