Image collection header

Les grandes figures du château

Les grandes figures du château
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Collections

Henri IV, roi de France et de Navarre

Fils de Jeanne d'Albret, princesse de Navarre, et d'Antoine de Bourbon, Henri vient au monde à Pau dans la nuit du 12 au 13 décembre 1553. Il passe ses années d'enfance en Béarn, en particulier au château de Coarraze chez le baron de Miossens. En 1561, son père le fait venir à la cour de France où il restera jusqu'en 1567, date à laquelle Jeanne d'Albret obtient son retour auprès d'elle. Il fait alors ses premières armes dans le camp protestant. Une fois la paix de Saint-Germain proclamée en 1570, son mariage avec Marguerite de France, sœur du roi, est âprement négocié par Catherine de Médicis et Jeanne d'Albret. La question religieuse est au cœur des discussions, Henri professant le calvinisme et Marguerite le catholicisme. Le mariage est célébré à Paris le 18 août 1572. Jeanne d'Albret étant morte quelques semaines plus tôt, Henri, de prince, est devenu roi de Navarre. La Saint-Barthélemy, le 24 août suivant, l'oblige à se convertir au catholicisme. Il reste en semi-captivité à la cour jusqu'au début de l'année 1576 et parvient alors à s'enfuir et à regagner ses états. Retourné à sa religion première, il prend la tête du parti protestant, tout en s'entourant aussi bien de catholiques que de protestants.

Un tournant est franchi avec le décès du dernier des fils Valois, François, en juin 1584. Henri de Navarre devient alors l'héritier de la couronne de France, puisque le roi Henri III n'a pas d'enfant. Les catholiques ultra s'organisent en une Ligue armée, bien décidée à empêcher l'accession d'un protestant au trône de France. En 1585, le pape Sixte Quint excommunie le roi de Navarre et son cousin Condé. Pendant près de dix ans, Henri est sur les routes et de toutes les batailles. La mort d'Henri III assassiné par le moine Jacques Clément, le 2 août 1589, fait de lui le roi de France, Henri IV. Mais il lui faut conquérir son royaume les armes à la main et faire face à la terrible menace ligueuse. Malgré des victoires incontestées à Arques (1589), à Ivry (1590), il ne peut prendre Paris où il n'entrera qu'en mars 1594, après avoir abjuré le protestantisme (25 juillet 1593) et reçu le sacre (27 février 1594). De paix durement arrachées ou chèrement négociées avec les grands seigneurs, en guerre difficile contre l'Espagne, on aboutit en 1598 à la signature de l'édit de Nantes et de la paix de Vervins, qui permettent au roi de rétablir le calme et l'ordre à l'intérieur du royaume comme sur les frontières.

La politique d'Henri IV vise alors à rétablir une autorité royale complètement bafouée pendant les guerres de Religion et à instaurer une prospérité économique nécessaire au bien du peuple comme à celui de l'Etat. En 1600, son second mariage avec la princesse florentine Marie de Médicis permet tout à la fois de renflouer les caisses de l'Etat et d'assurer la pérennité dynastique grâce à la naissance un an plus tard d'un Dauphin, le futur Louis XIII. Le roi mène une politique extérieure active visant à diminuer la menace espagnole. Il obtient du duc de Savoie la cession des pays de l'Ain en compensation du marquisat de Saluces que ce prince refusait de restituer (1601). Il entretient des relations étroites avec le Saint-Siège, l'Angleterre, l'Ecosse, les Provinces-Unies. Son assassinat par Ravaillac, le 14 mai 1610, stoppe net l'opération militaire contre les possessions espagnoles qu'Henri IV préparait depuis quelques mois.

Sur Henri IV et les femmes, beaucoup a été dit et écrit. Il eut deux épouses successives (puisqu'il parvient à obtenir l'annulation de son union avec Marguerite de Valois en 1599 et épousera Marie de Médicis l'année suivante) et plusieurs dizaines de maîtresses. Le « Vert Galant » est effectivement un passionné, souvent au mépris de toute prudence...

Homme d'action et d'une réelle bravoure, soucieux des intérêts du trône, d'une apparente simplicité, aimant à rire et à plaisanter, mais aussi protecteur des arts, Henri IV possédait tous les atouts pour devenir le plus populaire des rois de France. Sa légende connait un sommet au XVIIIe siècle, avant d'être largement reprise à des fins dynastiques lors de la Restauration.

chateau_pau_Henri_Navarre

Autres collections

chateau_pau_HenriIV_sur_son_cheval_peinture

Peintures

chateau_pau_buste_HenriIV_sculpture

Sculptures