La forteresse de Gaston Fébus

Du château au palais

Un musée national

La forteresse de Gaston Fébus Henri de Triqueti (1804-1874) Statue de Gaston Fébus Marbre blanc des Pyrénées 1864 Musée national du château de Pau Vers la fin du XIVe siècle, le comte de Foix et vicomte de Béarn est Gaston III (1343-1391), qui se surnomma lui-même Fébus, en référence à sa chevelure blonde. C'est un personnage extraordinaire : seigneur fastueux, administrateur avisé, grand chasseur - il rédigea le Livre de la chasse, traité qui eut un grand retentissement dans les milieux cultivés de l'époque - et surtout fin politique. En pleine guerre de Cent ans, il cherche à affirmer l'indépendance de ses domaines par rapport aux rois d'Aragon, d'Angleterre et de France et il y parvient pour sa vicomté de Béarn qu'il affirme "ne tenir que de Dieu et de [son] épée". Cette ambition de créer un véritable état pyrénéen le pousse à une intense activité de bâtisseur d'un "pays ceint de tours se dressant haut dans le ciel". Gaston Fébus transforme ainsi de fond en comble le château de Pau pour en faire une citadelle imprenable. Sous l'influence de l'architecture civile du milieu du XIVe siècle, comme le Palais des rois de Majorque à Perpignan, il fait appel à la brique, matériau souple et facile à utiliser pour construire le lourd et haut donjon Fébus de 33 mètres de haut et la tour dite de la Monnaie, au pied du château. L'inscription occitane "FEBUS ME FE" (Fébus me fit), qu'il faisait apposer sur ses citadelles, est encore visible au château.