Tenture des Enfants jardiniers - L'Eté

Tenture des Enfants jardiniers - L'Eté

Tenture des Enfants jardiniers - L'Eté

La collection de tapisseries
Partager
Matière et technique: 
Laine et soie
Origine et date: 
Manufacture des Gobelins
XVIIIe siècle, après 1717
Artiste(s): 
1661
Champigneulles
1743
Paris

Dimensions :

309 cm
253 cm

La tenture des Enfants jardiniers fut tissée au début du XVIIIe siècle par les ateliers de la Manufacture des Gobelins, pour Marie-Anne de Bourbon, fille légitimée de Louis XIV, devenue princesse de Conti. De cette tenture créée sur le thème des quatre saisons, le Musée national conserve trois pièces, envoyées en 1842 pour orner le salon d'attente au premier étage du palais de Pau : Le Printemps (il s'agit du fragment gauche du Grand Printemps  - cette pièce est actuellement en réserve avant son départ en restauration), L'Eté et L'Automne. Seul L'Hiver ne vint jamais jusqu'aux Pyrénées...


Ces tapisseries ont été tissées d'après des modèles créés en 1664 pour une autre tenture, celle des Saisons, par le peintre Charles Le Brun. Les entrefenêtres des Saisons étaient illustrées d'amours ailés se livrant aux joies du jardinage et de la cueillette. Cette tenture fut l'un des premiers tissages originaux de la manufacture des Gobelins dont Le Brun était devenu le directeur. Ces pièces plurent au point que les "amours jardiniers" furent choisis pour être le sujet d'une tenture à part entière... où ils perdirent leurs ailes ! Devenus "enfants jardiniers", ils devaient à leur tour rencontrer un vif succès : la tenture connut ainsi pas moins de huit tissages consécutifs au XVIIe, puis au XVIIIe siècle, où les modèles furent toutefois mis au goût du jour par d'autres artistes, dont le peintre Alexandre-François Desportes auquel on doit les multiples représentations d'animaux figurant sur les pièces (perroquet, chèvre, chiens).


Dans L'Eté, se déploie un jardin à la française bien ordonné autour d'une belle perspective ouverte par un canal. A l'arrière-plan, trois enfants s'y baignent en compagnie de cygnes, tandis qu'au premier plan, quatre autres s'activent, fauchant, arrosant ou cueillant des abricots. La nature généreuse qui les entoure les récompense de leurs soins en produisant à foison fleurs épanouies et fruits bien murs.