Les mois Lucas-Le jeu de cartes (mois de février)

Les mois Lucas-Le jeu de cartes (mois de février)

Les mois Lucas-Le jeu de cartes (mois de février)

La collection de tapisseries
Partager
Matière et technique: 
Laine et soie
Origine et date: 
Manufacture des Gobelins
1688-1689
Artiste(s): 
1494
1533

Dimensions :

3.03 m
3.20 m

La tenture des Douze mois, plus connue sous l’appellation Mois Lucas, s’organise autour des mois de l’année. Chaque mois est symbolisé par le signe du zodiaque placé en médaillon dans la bordure supérieure et illustré par des scènes de genre, en rapport avec le rang des personnages et la saison représentés. Cette tenture tire son nom du créateur supposé de la tenture originale, exécutée à Bruxelles au XVIe siècle, le flamand Lucas de Leyde ; les recherches récentes tendent toutefois à attribuer cette paternité à un artiste l’entourage de Barend Van Orley, lui-même créateur des modèles des Chasses de Maximilien. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les Gobelins produisirent pas moins que douze tentures d’après les Mois originaux, témoignant du succès de ces scènes flamandes auprès de l’aristocratie.

Le Musée national du château de Pau conserve des pièces appartenant à trois de ces tentures : la deuxième (1688-1689) destinée à Louis XIV, la sixième (années 1730) à la princesse de Conti et la septième (1731-1735) au roi de Pologne, Stanislas Leczinski, dont les armes et le chiffre furent tissés dans la bordure. Seules les pièces des deux premières sont visibles dans le parcours de visite : elles ornent les murs de la salle à manger aux Cent couverts, où elles sont associées aux Chasses de Maximilien, du grand salon de réception et de la chambre de l’empereur. Comme les autres tapisseries des collections, ces pièces furent tout spécialement choisies pour le château de Pau nouvellement restauré au XIXe siècle. Les scènes et l’époque représentées (le XVIe siècle) expliquent certainement la raison d’un tel choix : ces divertissements princiers (chasse, concert champêtre, tir à l’arc, jeux de cartes) et leurs pendants populaires (travaux des champs, pêche, jardinage ou tonte des moutons) renvoyant à une évocation d'une vie quotidienne idéalisée du temps des rois de Navarre.

Au mois de février (signe des Poissons) correspond une scène d'intérieur : bien au chaud grâce au feu qui flambe joyeusement dans une cheminée richement ornée, revêtus de lourds manteaux fourrés, des aristocrates s'adonnent aux plaisirs coupables du jeu, jeu de cartes, jeu de tric-trac, sous l'oeil sans complaisance de leurs domestiques, plus occupés, semble-t-il, à observer et commenter la scène qu'à s'activer à leurs propres tâches...