Les mois arabesques - Jupiter (mois de juillet)

Les mois arabesques - Jupiter (mois de juillet)

Les mois arabesques - Jupiter (mois de juillet)

La collection de tapisseries
Partager
Matière et technique: 
Laine et soie
Origine et date: 
Manufacture des Gobelins
Vers 1687-1688
Artiste(s): 
1651
Paris
1730
Paris
Vers 1492
Rome
1546
Mantoue

Dimensions :

3,35m
4,92m

Sous la dénomination de Mois arabesques ou Mois grotesques, le Musée national du château de Pau conserve huit tapisseries appartenant à deux tentures consécutives tissées par la manufacture parisienne des Gobelins. Les quatre pièces qui ornent les murs de la "chambre natale" du futur Henri IV appartiennent à la première tenture dont les douze pièces correspondent aux mois de l'année, symbolisés par leur signe du zodiaque et une figure du panthéon gréco-romain. Les cartons de cette tenture, tissée en 1687-1688 pour Trianon, ont été réalisés par François Verdier et reproduisent les motifs de la tenture originale (Italie, XVIe siècle), dont le peintre Giulio Romano avait dessiné les figures mythologiques, et qui fut détruite en 1797.

Les grotesques (de l'italien grottesca, de grotta, grotte) qui donnent leur nom à ces tapisseries furent des motifs très prisés dans l'iconographie de la fin du XVe et du XVIe siècle, après la découverte d'importants vestiges romains, comme la fameuse Maison dorée de Néron. Ces éléments décoratifs d'une fantaisie débridée resteront en vogue jusqu'au XVIIIe siècle. Ils allient personnages fantastiques et animaux chimériques, motifs floraux ou architecturaux exubérants. Sur un fond d'un rouge éclatant, ils encadrent d'un désordre savant les grandes figures des dieux antiques qui forment le sujet central de chaque pièce : Junon (mois de janvier) ; Mercure (mois de juin) ; Jupiter (mois de juillet) ; Diane (mois de novembre).

Dans la chambre natale du futur Henri IV, dont le décor hautement symbolique fut reconstitué au XIXe siècle, la figure du roi des dieux, Jupiter, brandissant le foudre de la main droite et flanqué de l'aigle, ne pouvait que trouver une place de choix : face au berceau-carapace.