Henri IV

Henri IV

Henri IV

La collection de sculptures
Partager
Matière et technique: 
Bronze à patine brune
Origine et date: 
1843
Artiste(s): 
1811
Paris
1892
Gattaiola

Dimensions :

0,56
0,56
0,27

Henri IV était un cavalier hors pair qui sillonna son royaume à cheval, pour guerroyer à la tête de ses troupes, se déplacer, chasser ou se délasser. Aussi, les portraits équestres – dessinés, peints, sculptés, gravés – abondent-ils dès son règne. Après sa mort, cette figure de "roi à cheval" connaît un succès qui ne se démentira pas au fil des siècles. La plus fameuse de ces représentations est certainement la grande statue équestre qui domine la Seine à Paris sur le Pont-Neuf. L'actuelle statue a été inaugurée en 1818, le 25 août, jour de la Saint-Louis par le roi Louis XVIII. Revenu sur le trône de France après la Révolution et l'Empire, ce monarque, descendant direct d'Henri IV, voulut honorer la mémoire de son illustre ancêtre, en réparant une destruction révolutionnaire : une première statue équestre d'Henri IV avait été érigée sur le Pont-Neuf en 1614, à l'initiative de Marie de Médicis... elle fut entièrement détruite en 1792 – seuls les quatre captifs sculptés pour le piédestal furent épargnés et peuvent encore être admirés au Musée du Louvre.

Le Musée national du château de Pau conserve plusieurs petits sculptures équestres représentant Henri IV : le roi sur un cheval cabré, piétinant un ennemi au sol (attribué à Barthélemy Prieur, début du XVIIe siècle) ; avançant gravement sur un cheval au pas (XVIIIe siècle) et de nombreuses oeuvres inspirées de la statue équestre du Pont Neuf en réduction (XIXe siècle).

La statuette de bronze réalisée par Alfred-Emilien de Nieuwerkerke date de 1843. Admis pour la première fois au Salon en 1842, le sculpteur y avait déjà présenté une petite sculpture équestre qui représentait "Guillaume le Taciturne" (Guillaume Ier d'Orange-Nassau, 1533-1584). Cette oeuvre connut un immense succès : une version monumentale en fut érigée sur la place du palais royal de La Haye en 1845. Amant de la princesse Mathilde, cousine de Napoléon III, Nieuwerkerke devait faire une belle carrière sous le Second Empire, puisqu'après avoir été directeur général des musées de France, il fut surintendant des Beaux-Arts de 1863 à 1870. Il réalisa des bustes des plus fameux de ses contemporains, et d'abord du couple impérial : c'est ainsi que le Musée national conserve de lui un élégant buste en plâtre de l'impératrice Eugénie, épaules nues.

Sa statuette équestre d'Henri IV est de belle facture. Le roi y apparaît martial, en armure, ceint de l'écharpe blanche, épée au côté et tenant le bâton de commandement de la main droite. L'attitude du cheval - tête baissée, jambe avant droite fièrement levée, queue semblant flotter – insuffle une réelle dynamique à ce petit bronze sculpté.

Elle est présentée au public dans le parcours des collections permanentes, au deuxième étage du château.