Toutes les actualités

Programme des activités

De février à mai 2016

Programme des activités

Programme des activités

Publié le 22 Janvier 2016
Retrouvez la programmation culturelle du musée et du domaine concernant la période du 1er février au 31 mai 2016.

S’ouvrir à la création contemporaine, pour un palais chargé d’histoire, n’est plus une audace, ni une gageure arrogante contre le cours du temps. Sans se trouver blasés, les publics d’aujourd’hui connaissent et savourent, à des degrés divers d’intensité, l’invitation, l’irruption d’artistes vivants dans les monuments qu’ils visitent. Que, par ce moyen, de modernes créateurs se proposent d’exalter ou de conquérir la vieille créature absorbée dans des siècles de contemplation, qu’ils s’y introduisent avec fracas, par de feintes effractions, ou se laissent couler aux charmes de la dissimilation, leur langage désinvolte, leurs écarts prémédités pourront leur être contestés, mais non leur place, bien acquise dans les demeures de l’art ancien.

La confiance faite à Dominique Blaise, qui vient disposer Les Cent Couverts au château de Pau, dans la salle du même nom, est donc fort légitime. Mais la sagacité de ses installations ne peut que conforter le bien-fondé de son projet original, dont le choix s’est tout droit dirigé en nos murs. Mais il y a plus : sa présence à travers une ambitieuse installation rappelant la fonction habitable du lieu s’introduit beaucoup plus avant que la plupart des programmes d’art contemporain en milieu palatial. Elle explore puis élit domicile dans les moindres replis de ce tissu matériel, artistique et humain d’un quotidien artificiellement réservé aux princes, aux rois et à leurs gens, au pied d’imposantes montagnes. De siècle en siècle, la vie supposée, sublimée, d’une demeure vouée avant tout à la représentation (celle du pouvoir, de l’histoire, et plus encore de l’idée qu’on en a) s’exprime à travers le grand décor, qu’il se fasse tapisserie, peinture, mobilier ou illusion des ors, des marbres et stucs... Ou boiserie, tout simplement. Ce décorum du quotidien, avec sa pointe de familiarité convenue, séduit, distrait, pourra même agacer. Dominique Blaise l’a scruté avec le plus grand soin, sollicitant culture sensorielle et intuition de l’objet usuel passé au statut d’exception d’apparat, puis il nous l’a frisé avec humour, avec toute sa tendresse de l’objet concertant, débordant ainsi la contrainte de l’étiquette en une innocente et malicieuse évasion.

Voici que se déchire tout ce que le lieu même pourrait avoir de non poétique : la part d’historicité contingente, le racornissement des esthétiques de la bonne figure, les petitesses et les écarts budgétaires des commandes : tout, reporté au millimètre près, retrouve grâce et piquant… On reviendra aux Cent Couverts, la table nous y attend, et pour reprendre l’un des jolis couplets éclos au temps des Lumières : La poule au pot était promise/ […] La nappe est mise, / L’on va bientôt mettre à sa guise / La poule au pot. 

Paul Mironneau, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du Musée national et domaine du château de Pau