Toutes les actualités

L'objet du mois

Henri de Navarre

L'objet du mois

L'objet du mois

Publié le 26 Février 2016
Chaque mois, une œuvre des collections, présentée en salle ou rangée en réserve, est mise à l'honneur sur le site du musée. C'est le choix du conservateur : œuvre emblématique, coup de cœur, acquisition récente ou redécouverte à l'occasion d'une restauration, cette "œuvre du mois" permet de mieux rendre compte de la richesse des collections conservées par l'établissement. Pour le mois de Juin, l'objet du mois est un beau portrait d'Henri IV, alors roi de Navarre. Habituellement présentée dans les collections permanentes du musée national, cette peinture figure jusqu'au 9 juillet dans l'exposition "Trésors princiers – Richesses de la cour de Navarre au XVIe siècle". Elle fait ainsi partie des œuvres qui ont inspiré le travail pédagogique mené pendant l'année scolaire 2016-2017 avec plusieurs écoles béarnaises et exposé du 15 juin au 2 juillet 2017 à la Maison Baylaucq dans le cadre de la présentation "Veux-tu mon portrait?, exposition de travaux scolaires.

Anonyme, ce beau portrait du jeune roi de Navarre porte témoignage d'un épisode délicat de la vie du futur Henri IV.

France, vers 1575

Henri de Navarre

Huile sur toile

H. 61 ; L. 51 cm

Inscription en haut : HENRI ROY DE NAVAR.E

Inv. P. 81.1.1

Ancienne collection de Montbrison, château de Saint-Roch, Le Pin (Tarn-et-Garonne)

 

Henri, devenu roi de Navarre depuis la mort de sa mère, Jeanne d’Albret (9 juin 1572), est ici représenté dans les derniers mois de sa captivité à la cour de France, captivité qui suivit son mariage avec Marguerite de Valois et le massacre de la Saint-Barthélemy (août 1572). Ce beau portrait en buste acquis par le Musée national en 1981 est particulièrement intéressant, l'iconographie d'Henri de Navarre avant son accession au trône de France restant peu abondante. Portrait original ou copie d'époque d'un original perdu, on y découvre un prince glabre, au visage long, aux joues creusées rehaussées de rouge. Son costume est d'une élégance et d'un raffinement bien dignes de la cour des Valois : grande fraise tuyautée d'un blanc éclatant, pourpoint fermé de trois gros boutons d'or, cape brodée et garnie de perles, toque portée en arrière ornée de quatre rubis montés d'or, gracieux plumet blanc, long collier à trois rangs sur la poitrine... rien ne manque à cette parure princière. L'image véhiculée par ce portrait devait connaître une fortune durable puisqu'on la retrouve encore dans l'estampe jusque dans les années 1580. En février 1576, Henri de Navarre réussit à s’échapper de la cour de France et à regagner ses domaines gascons, avant de prendre la tête du parti protestant.